Porter un obi pour la pratique martiale

Le obi (帯) de type « kaku obi » (角帯) est une ceinture large généralement réservée aux kimonos d'hommes et aux arts martiaux. Elle fait environ 10,5cm de large pour 4m de long.

L'avantage de ce type de ceinture est double. D'une part, elle ne fait pas d'épaisseur supplémentaire au niveau des reins, ce qui est appréciable pour les chutes. D'autre part, elle permet de positionner la ceinture au milieu des crêtes iliaques*, ce qui permet d'éviter qu'elle remonte vers la taille. Enfin, elle permet une meilleure tenue des lanières du hakama.

* Du fait de la différence de morphologie, les femmes porteront le kaku obi plus haut, au dessus des hanches En cas de doute, il est recommandé de vérifier auprès d'une sempai.

Le nœud en ciseaux

Le nœud en ciseaux (kata-basami musubi 片ばさみ 結び) est rapide à faire et à défaire. On dit qu'il s'agissait d'un nœud adapté aux samouraïs de la période Edo (1603-1867), car il resserre davantage le obi lorsqu'un sabre est inséré. Il n'est peut-être pas très connu des plus jeunes mais on le voit souvent dans les films d'époque. De plus, il ne fait pas de renflement dans le dos comme les nœuds les plus répandus.

Commencez par prendre une des extrémités du obi dans votre main droite.
(On appellera « te » cette extrémité).

Pliez l’extrémité « te » en deux, dans la largeur.

Prenez environ 20 cm de cette extrémité « te » (un peu moins des deux tiers de la largeur des épaules - la largeur du jaune).
Fixez une extrémité (la partie ●) sur le côté.

Tenez le côté plié du obi et enroulez l'autre extrémité (l'extrémité opposée à « te ») deux ou trois fois. (Le nombre de tours dépend de la longueur du obi).
Lorsque vous l'avez enroulé, il doit vous rester environ 1 mètre de obi.

L’extrémité « te » est abaissée.

 

Placez le reste du obi enroulé sur le dessus de l’extrémité « te » abaissée.

Prenez la partie restante du obi, à peu près 30 cm de l'intersection avec l’extrémité « te » et pliez-la vers l'intérieur.
(On appellera « tare » cette extrémité).

A + 20 cm = environ B

Passez l’extrémité « tare »sous l’extrémité « te » et tirez-le vers le haut.

Rabattez l'extrémité « tare » vers le bas.

Faites passer l’extrémité "Tare" pliée entre le obi et le tour extérieur en l'insérant entre les deux, et abaissez-la.

Soignez l'apparence du obi en arrangeant le nœud, en masquant la ceinture qui dépasse, etc.
Après avoir ajusté le obi, tournez le obi dans le sens des aiguilles d'une montre pour déplacer le nœud sur les reins.

Après avoir tourné vers l'arrière, la partie du ventre doit être abaissée et la partie arrière doit être légèrement relevée vers le haut.

C'est terminé !

Sur le sens de « te » et « tare »

Lorsque l'on noue un kaku obi, l’extrémité pliée en deux est appelé « te » et l'autre extrémité non pliée est appelé « tare ».

Kanto-maki et Kansai-maki

Sur cette page, nous montrons comment nouer un kaku obi avec l’extrémité « te » sur le côté droit du corps et l’extrémité « tare » sur le côté gauche du corps. Cependant, dans certaines régions, les extrémités « te » et « tare » sont inversées de gauche à droite.

Les nœuds tels que celui présenté sur cette page sont appelés « Kanto-maki » (nœuds du Kanto), tandis que les nœuds inversés gauche-droite sont appelés « Kansai-maki » (nœuds du Kansai).

Les différents districts adoptent-ils une orientation différente ?

Il n'est pas obligatoire de porter le « Kansai-maki » parce que vous vivez dans la région du Kansai (ou vice versa). Certains disent que c'est une coutume qui s'est estompée à l'époque moderne.

Est-ce c'est moins important de nos jours ?

Il n'existe rien de tel que « la façon traditionnelle ou correcte ». Il semble qu'il y ait moins de contraintes de nos jours, surtout avec les kimonos décontractés.

Dans le cas des arts traditionnels tels que la cérémonie du thé et la composition florale, il peut y avoir des usages en fonction de l'école ou du professeur. Il est recommandé de vérifier auprès de votre professeur.